Moi aussi je peux ... débuter en harmonie !

Publié le par Arazzi

"Mais nous on peut pas !" ... Voilà une phrase souvent entendue dans les centre équestres, est ce que les débutants peuvent monter dans la souplesse, la décontraction et l'harmonie, comme ils le voient chez les plus grands (enfin là je parle que de certains centres bien sur ...)

Je suis assez perplexe sur ce "besoin" d'apprendre aux nouveaux arrivés des techniques (ou non technique d'ailleurs) qu'il leur faudra changer plus tard.

En tant que cavalière, je n'ai jamais compris pourquoi on m'obligeait à faire certaines choses, pour me les interdire plus tard.

En tant qu'enseignante, je me rend compte après m'être fait avoir par le "tu fais comme ça ... par ce que c'est comme ça, donc tu l'enseignes comme ça.", qu'au final d'autres solutions existent qui me rendent moi-même plus harmonieuse avec mon enseignement et surtout plus cohérente.

La cohérence ... un oubli dans beaucoup de cas.

Nous dressons les chevaux avec des cavaliers "confirmés" après les avoir nous même initier aux maîtrises techniques, alors pourquoi lors ce qu'ils rejoignent le groupe des "débutants" faudrait-il par exemple qu'ils supportent les coups de talon pour faire avancer ...

Après quelques mois de pratique, nous demandons aux cavaliers de ne plus taper mais de presser ...

Prenons le soucis dans l'autre sens ... si nous réglons le soucis de la position du cavalier dans le temps : du pas, de la longe, de la voltige, ... avec des chevaux éduqués bien sur, n'importe quel adulte ou enfant est capable de presser ses jambes une fois qu'elles sont en place à l'arrière de la sangle.

En prenant le temps de réflexion, un des exemples "cobaye" les plus fragrant : j'ai aboli les coups de talons : bilan moins de perte d'étriers, moins de pieds à fond dans l'étrier, moins de déséquilibre du haut du corps .... et moins de départ fulgurant des montures ! Alors oui, par contre c'est dur, l'équitation "re" devient un sport et non une activité de promprom en carrière ... Mais au final n'est-il pas plus sécuritaire de pratiquer ainsi ?

Les sujets et exemples sont nombreux ...

La connaissance et sa transmission ... une perte de temps ? Non vraiment pas.

C'est le chat qui se mord la queue ...

Comment peut-on transmettre ce que l'on ne maîtrise pas tan théoriquement que dans la pratique ?

Au centre de la connaissance, il y a le soucis d'apprendre, on ne peut se baser que sur quelques mois de formations, il faut continuer à étudier et le secteur équin est assez vaste pour qu'une vie entière ne suffise pas !

Dans notre sport vivant et en mouvement, il faut se tenir informer et curieux des divers travaux de nos Maîtres et de nos contemporains. Puis il faut prendre ce qui nous convient et garder en mémoire le reste, il est parfois compliqué de se remettre en question, mais c'est comme ça qu'on progresse.

Je reviens donc à la transmission, il n'est pas rare de devoir revoir ses outils de transmission, se remettre en question et avouer aussi à nos cavaliers que nos propres routes ne sont pas rectilignes et uniformes mais mouvementes et vivantes, que l'on peut au hasard de nos recherches trouver des techniques et des approches différentes qui simplifient ou approfondissent nos pratiques équestres.

Il n'y a donc jamais de perte de temps à apprendre et à faire apprendre.

Je me refuse depuis quelques années à faire le "tu le fais, c'est comme ça" qui m'a tant perturbé.

Et tous les cavaliers sont capables de comprendre, de ressentir et d'assimiler des notions en relation avec une technique mécanique qui leur sera expliqué avec des mots adaptés à leur âge et niveau bien sûr.

Le premier exemple qui me vient à l'esprit c'est un test sur l'équilibre cheval/cavalier au trot en levé sur un cercle, que j'ai fait il y a peu.

Pourquoi trotter sur le bon diagonal ?

La réponse la plus courante c'est pour soulager le dos du cheval, pour muscler pareil car on travail aux deux mains ... mais il reste des pourquoi non élucidé là dedans !

Qui fait observer le posé/levé du postérieur intérieur : posé = cavalier assis et levé = cavalier se lève ? Qui fait changer sur le cercle le cavalier de diagonal pour ressentir (le cavalier) et observer (le reste du groupe) afin de lier mécanique équestre / observation / ressenti du cavalier ?

J'ai fait ce petit exercice avec un groupe de niveau G2 et d'environs 9/13 ans ... ils ont tous beaucoup apprécier la liaison et depuis ils ont plus de facilité à se placer d'eux même sur le diagonal extérieur. Avec les plus grands j'ai complété par la possibilité de lier à un besoin de travail spécifique le fait de soulager l'avancé du postérieur intérieur (se lever) ou le faire "forcer" (s’asseoir).

Il y a plein d'autres exemples ...

Trop jeune pour apprendre ? Non ...

Trop jeune pour apprendre ? Non ...

Et l'harmonie alors ?

Des chevaux moins stressés par un travail lié à beaucoup de décontraction, des massages avant de monter, des détentes rênes longues, des exercices axés sur la décontraction du cavalier comme du cheval, des séquences de travail courtes et variées.

Des cavaliers plus stables, des positions centrées et une cohérence dans les bases pour le futur.

Et la voilà notre harmonie !

Et à ceux qui disent, ça plait pas faut de la vitesse, de l'adrénaline et des sensations ...

Je rétorque que nous allons en compétition, nous avons la vitesse, l'adrénaline et les sensations (les justes pas les éphémères) et nous avons surtout beaucoup de retour sur le plaisir et la sécurité.

Commenter cet article