Saumur 2016 : jeudi 13 octobre partie 9 : Travailler son cheval selon les principes de l'apprentissage, par Léa Lansade et Olivier Puls.

Publié le par Arazzi

Travailler son cheval selon les principes de l’apprentissage, par Léa Lansade et Olivier Puls.

mes notes :

Cf. : livre IFCE des deux intervenants.

Cf. : photos.

Etude faite à partir d’un cheval qui avait des soucis de comportement (Red).

Vidéo du cheval.

« Observer et être à leur écoute. » OP.

10 minutes en main libre avant de monter avec contact autre chevaux.

Cheval sorti à pieds pour libérer les émotions car sorti seul monté impossible avant qu’il prenne le cheval.

Apprendre au cheval à gérer ses émotions.

L’intérêt du renforcement => négatif/positif.

Continuité temporelle : récompense dans un temps courts après obtention.

Il faut qu’à un moment donné le cheval soit à l’écoute du cavalier.

Attention la récompense nourriture, il faut passer au partiel, addiction à la récompense rapide.

(S ? Dressage de cirque ? assis, debout, couché, … = bonbon ?)

Le cheval doit trouver son équilibre seul.

Renforcement positif alimentaire qui évolués toujours pour obtenir ce qui est encore mieux.

A un moment le renforcement alimentaire disparait.

Conclusion :

Formaliser les apprentissages.

Saumur 2016 : jeudi 13 octobre partie 9 : Travailler son cheval selon les principes de l'apprentissage, par Léa Lansade et Olivier Puls.

mon avis :

J’ai toujours un gros problème avec ces récompenses alimentaires durant le travail, même si j’en reconnais le bien fait et l’utilité, quand ils sont maîtrisés comme par Olivier Puls, mais qui retranscrit, chez le cavalier « tout venant » voir débutant, … il est ci facile arriver à des dérives ; morsures, pertes des règles de respect, …

Le travail fait sur le cheval est admirable, on peut se rendre compte du respect mutuel et du travail de comportement et d’étude fait. Il serait de bon ton que cela soit plus mis en avant, cette possibilité de remettre ces chevaux dans le rouge dans un état d’esprit et de corps aptes à l’échange avec le cavalier.

Un exposé fort intéressant aussi afin de pouvoir mettre en place avant le rouge un apprentissage qui sera une base stable pour le travail du cavalier. Qui n’a pas été développé, mais qui serait un bon sujet d’exposé : apprentissage chez le débutant, les bons gestes et des méthodes d’apprentissages dans le respect de l’intégrité du cheval.

Saumur 2016 : jeudi 13 octobre partie 9 : Travailler son cheval selon les principes de l'apprentissage, par Léa Lansade et Olivier Puls.

Questions dans le public :

questions :

**Ennuyé par le grignotage de la méthode … effets dans le temps ? Mieux vaut caresse et voix.

  • Les études montrent que le cheval ne répond pas assez sur la caresse, la nourriture est plus forte.

** Continuité temporelle, temps court entre réponse et récompense. Pour être plus intéressant à la vue du cheval, l’alimentaire reste le plus important mais il doit être modulaire. Recouvrement des codes. Rythmique d’écriture (ponctuation) cf. F De Kerbrech, la gestuelle incarne le geste du dresseur.

** Métier en Finlande : dresseur d’animaux, relation entre les deux, remarque que ses chevaux : en fonction des odeurs, le cheval comprend, une fois théorie des apprentissages au-delà avec le body langage on a plus tellement besoin d’alimentaire. 

** La récompense de la voix de l’enseignant permet de communiquer en pédagogie dans la relation du trio.

** Le cheval est très à l’écoute de la parole dans le calme.

** Quand on veut faire apprendre, il faut avoir son attention, le cheval doit vous regarder.

Discussion dans la salle :

Sur le cliker, controversé dans la salle, qui a tendance à créer des automatisme, attention aux dosages des méthodes.

Il faut obtenir l’attention du cheval en tout moment.

Commenter cet article