Saumur 2016 : Journée du mardi 11 octobre : stage avec George Morris.

Publié le par Arazzi

Saumur 2016 : Journée du mardi 11 octobre : stage avec George Morris.

Alors comme cette année, pas de petite biblio offert pour qu’on sache qui est qui et qui fait quoi, ça sera à ma sauce, ou celle de wikipédia … NA !

 

Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/George_H._Morris J’espère que vous savez lire l’anglais !

Bref, c’est un Monsieur très connu dans le secteur du CSO, américain, cavaliers de haut niveau, entraîneur international, … de 78 ans ! Qui est venu à une époque se former à Saumur …

 

Mes notes :

Séance du matin n°1, 6 Cavaliers, relativement « jeunes ».

Le but de l’équitation c’est que le cheval se porte de lui-même.

Qu’es ce que le cheval veut ? => LEGER !

Pour la position observer Mr Thierry Pomel.

En manège.

Ajuster l’étrier : pied dans l’étrier 1er 1/4, étrier devant la cuisse.

Tous les doigts autour des rênes même le petit doigt.

Stage optique CSO où on utilise le dressage.

Etrier 2 trous plus long que la longueur d’obstacle : faire avec le pied dans l’étrier = ouvrir la cuisse.

Assis sur le centre de gravité, détente toujours deux trous plus long que la longueur saut.

Contrôle sur la rêne extérieure, la jambe intérieur pousse vers l’extérieur si coupe.

Rênes sur le plat.

Attention les coins, faire le petit côté.

3 manières de monter :

AVEC le mouvement du cheval (Lamaze, Staut, …) = ***.

DEVANT le mouvement du cheval = mauvais.

DERRIERE le mouvement du cheval = **, nécessaire si besoin de + fort. Toujours dans le mouvement en avant = + léger.

On apprend à être au trot en levé = monter droit.

Les jambes produisent l’impulsion, c’est le cheval qui fait sortir l’assiette de la selle.

Mains ensembles et hautes.

Souvent derrière le cheval au trot en levé, repasser par le trot assis ? bassin aussi ? en lever aller vers l’avant.

George Morris à cheval

Pour être en équilibre il faut se servir du haut du corps légèrement devant, pour se lever avec le mouvement, il faut être devant la verticale avec le haut du corps.

Même au trot assis légèrement devant la verticale, idem en levé et équilibre.

Petit galop de travail => assis.

Galop en équilibre buste légèrement en avant pas les fesses derrières, galop de travail cso.

Attention trop derrière ce n’est pas bon pour le dos du cheval.

Il faut être léger sir el dos du cheval donc pas derrière.

« Monter le cheval avec vos jambes. »

« On dirige avec les mains » = réguler recevoir diriger.

George Morris à cheval.

On redresse le cheval par l’épaule en dedans. (Celle qui est pratique pas forcément jolie).

On ne met pas en place avec ses mains. Il faut que le cheval accepte la main.

Pas le cheval plus haut que la main.

ATTENTION : Mains basses + mouvements oscillatoires = cheval cassé. ATTENTION

On ne peut pas enseigner le saut sans enseigner la base de l’équitation.

Cross ou saut, il faut être au-dessus du cheval.

Le saut par le rythme, le cheval ne doit pas charger, les temps des allures.

Dispositif de barres au sol au trot :

_ 4 barres au trot dont une « fantôme ».

ATTENTION souvent : trop rapide, trop rapide, trop rapide ….

Si trop vite, ½ arrêt sur la rêne extérieure.

_ un vertical + barre de réglage.

Pas derrière le mouvement !

Attention : regard.

Tête en haut pas fermée, rester au galop derrière, travailler.

Attention : rester calme.

La base de l’équitation = les jambes, les jambes, les jambes …. L’Hotte : calme, en avant et droit !

_ Dispositif dans la diagonale du manège avec légère courbe : oxer sur la piste / double (vertical/oxer) en petite diagonale.

Attention : le regard.

Etre rapide mais pas dur dans les interventions.

Stopper le cheval en ligne derrière, arrêt 6 sec inclus dans le travail donc la caresse APRES !

Cheval avec grandes foulées => ajuster vers l’extérieur.

Cheval avec petites foulées => ajuster vers l’intérieur.

Il faut 6 foulées justes.

DISCIPLINE : le cheval reste arrêter 6 sec !!!

« On saute avec du dressage ».

S’arrêter dans le coin : DROIT !

C’est faux de monter avec des reports de poids vers l’arrière.

Il faut remplacer par les appels de langues, aider, souple et facile mais faut que le cheval le sache, apprentissage avec la cravache : cravache + appel de langue, puis juste appel de langue (exercice à l’arrêt, rênes dans une mains, rapide derrière la jambe pour la cravache).

« Il faut que les enseignants soient des dictateurs. »

Disciple : ligne d’arrêt face à GM, exercice de la cravache derrière la jambe avec l’appel de langue.

Pas de dragonne sur la cravache.

_ Au trot sous bassement en second plan, barre en biais devant, homme au niveau du besoin d’appel de langue et cravache pour visualisation.

Appel de langue + cravache au début = éducation à l’abord.

A la fin rallonger les étriers de deux trous pour la fin de récupération de séance.

Assiette sert sur le plat, en saut l’équilibre : centre de gravité toujours devant la verticale.

Saumur 2016 : Journée du mardi 11 octobre : stage avec George Morris.

Séance du matin n°2, 6 cavaliers plus âgés en moyenne.

 

Si la position est correcte, l’équilibre est bon, les fautes de positions détruisent l’équilibre.

1/ position des jambes : pieds ¼ étriers.

2/ Etriers perpendiculaires à la sangle.

3/ Pointe de pieds légèrement vers l’extérieur.

4/ Cheville fléchie, mollet au contact.

Une fois que le cheval à suffisamment d’impulsion la jambe est « light ».

C’est la jambe, puis la langue puis l’éperons puis la cravache : pas le bassin dans le cheval.

En équilibre, au pas les talons bas, se rapprocher de la selle, assis buste en avant de la verticale.

Prédominance jambe intérieur sauf changement d’allure.

Si on est obligé de s’incliner vers l’avant pour se mettre en suspension alors vous êtes déjà trop derrière assis. Suspension/trot en levé = même position de buste.

Ne pas trop sortir de la selle.

Ne pas changer de rythme, quand on change de diagonale au trot en levé, ne vous reculez pas.

Dans la descendante (transition), garder les jambes au contact, garder les jambes au pas, pas de conflits jambes/mains, pas de coups de talon si colle faire appel de langue ou cravache.

Ne pas se raccrocher avec les genoux.

Jambe passive au contact quand impulsion bonne, active dans les transitions.

Base = épaule en dedans = augmente qualité du cheval augmente l’équilibre.

Le petit doigt dessous la rêne qui ferme la rêne.

La main plus haute que la bouche du cheval.

Cravache dans l’axe de la cuisse.

Dispositif de travail :

_ Barre réglage / 2m80 env / vertical / 13m / barre au sol / arrêt reculer. En ligne droite.

ATTENTION : DROIT !!!!

Rester en équilibre, on se remet dans la selle seulement après l’arrêt. Arrête gentil.

Faire attention dans l’arrêt que la jambe soit pas en conflit avec la main.

Importance de la rectitude.

Le plus important c’est l’impulsion = désir de se porter en avant, c’est la mère de l’impulsion.

Toujours avec et si nécessaire derrière, comme le haut niveau.

Toujours derrière c’est faire le dos trop dur.

Il ne faut pas en faire trop chaque jour.

Attention garder le pied dans l’étier quand on rallonge.

 

Séance de l’après-midi : cavaliers d’âge moyen, plus de métier.

Saumur 2016 : Journée du mardi 11 octobre : stage avec George Morris.

Fixer les mains, monter les mains, ne pas bouger les mains gauche/droite.

Fermer les doigts.

Le petit doigt à l’extérieur de la rêne.

Etrier sur l’os de la cheville (longueur).

Toujours le matériel doit être scrupuleusement propre pour le cheval.

Talon vers le bas, genoux ouvert, étrier 1/4 de pied.

Mains au-dessus du garrot.

La position c’est toujours avant tout, puis c’est le fonctionnement.

  • Les mains en avant et au-dessus du garrot.
  • Les pouces légèrement vers l’intérieur.
  • Petit doigt en dessous des rênes, fermant la rêne.
  • 1ère grippe = index + pouce, 2nd grippe = petit doigt et auriculaire.
  • FERMER les doigts, ne pas tirer.
  • Les mains comme les jambes se ferment.
  • Quand le cheval répond la main devient passive.
  • Les parfaitement stables, pas de dent de scie avec la main !

Arrêt = mains fermées puis relâche.

Quand on prend la diagonale, on change de diagonal en X.

Rêne d’ouverture dès que le cheval comprend, on revient normal.

Si le cheval résiste, vous fermez les doigts et vous attendez.

Aidez-vous de la voix.

Travail au contre galop, l’intérieur et l’extérieur sont en fonction du pli du galop.

Petit galop dans le contre galop, ½ arrêt sur la rêne extérieur au pli.

George Morris à cheval.

Cheval tête haute, les mains toujours au-dessus du garrot. Fermer les doigts, ne pas tirer, pousser le cheval avec les jambes, vers la main.

Quand le cheval résiste = résiste.

Quand le cheval cède = cède.

Jusqu’à ce que le cheval se déplie et accepte le contact.

Il faut pousser le cheval vers la main.

Surtout ne baisser pas les mains quand le cheval résiste, alterner les jambes et les mains => rênes courtes mains hautes et fermer les doigts pour obtenir la décontraction par le contact.

Travail à l’obstacle :

_ Vertical au trot avec barre d’appel à 2m80, arrêt dans le coin opposé du virage.

Travailler sur la ligne droite des exercices de dressage.

Trotter sur le bon diagonal dans l’abord au trot.

Se rapprocher de la selle doucement en descendant la colonne.

Quand le cheval « crotting » il faut garder les jambes (fait une crotte).

Le changement de pied, jambe intérieure sans se reculer pour changer de pied.

On se redresse quand on a arrêté le cheval.

Si vous êtes accroché à la bouche ou si vous taper le dos, il va finir par se stopper car c’est une punition pour votre cheval.

_ ligne droite : oxer / 7 foulées / vertical / demi-volte /ligne autre sens / demi-volte / …

Talons bas, buste en avant, ligne droite : main bouche, regard haut.

Ouvrir la rêne intérieure au plané pour tourner.

Même chose arrêt recule entre les sauts quand cheval charge.

Avoir le contrôle entre si non arrêt reculer, toujours le contrôle !

Pour avoir le contact les mains en haut toujours puis les jambes, … mains hautes … jambes, …

Jambes sans mains, mains sans jambes.

Mains hautes = contact pour le cheval ne pas avoir peur d’utiliser les mains.

Avec les jambes, vous devez avoir assez d’impulsion.

Si besoin d’aide : appel de langue, puis attaque éperons, puis cravache.

Dans les nouveaux sauts (bâche, rivière, sous-bassement, …) de quoi va-t-on avoir besoin ? Etre prêt dans cet ordre.

 

Conclusion en salle :

Le petit doigt à l’extérieur de la rêne c’est la seconde pince, le 1er étant le pouce et l’index.

Il faut varier le travail et les exercices.

La hauteur de la nuque c’est la conséquence du fonctionnement des jambes. 

Livre à lire du Dc Heuschmann : Dressage moderne, jeu de massacre.

Détente rênes longues puis allures différentes si chaud, puis beaucoup de transition, cercles, serpentines, … puis épaules en dedans, travers, latéral … mobiliser épaules ou hanches.

Exercices de position : faire avancer le buste si trop derrière pas équilibre.

Mot de la fin par le Cl Teisserenc, Ecuyer en Chef.

Le cheval travail pour le cavalier quand ce dernier à un niveau supérieur et que le cheval travaille dans la compréhension des demandes.

Mon avis :

Bon c’est là que je commence à me faire « des amis » ou pas …

Dans l’ensemble, j’ai vraiment apprécié la journée, outre le froid du grand manège, mais je doute qu’il soit un jour chauffé, j’avais qu’à mettre mon pantalon d’hiver, resté au chaud dans ma voiture … mais qui m’a servi le vendredi !

Un intervenant de haute qualité, dont on ne peut critiquer la démarche, et j’aime écouter ces « anciens » qui ont des parcours assez incroyables pour que les jeunes générations aient au moins le respect de les écouter, même si on ne peut être d’accord avec tous.

Il y a un point que j’aurais aimé avoir vu spécifier c’est le niveau actuel des cavaliers, car je doute que l’un d’entre eux soit en dessous des épreuves à 1m10 et même si quelques lacunes de positions étaient surtout dans le premier groupe du matin, l’ensemble des cavaliers et des chevaux montrait un niveau assez important.

Je me doute bien que l’accès à ce genre de stage et d’intervenant n’est pas pour le tout-venant cavalier, mais encore une fois, je trouve que les cavaliers participant sont assez peu mis en avant, d’ailleurs on les a très peu entendus.

Dans la globalité, je suis contente d’entendre que la position est importante avant tout, que l’impulsion est la mère de l’équitation et que le respect du travail est important.

J’ai quelques soucis avec ce buste « en avant » de la verticale, mais c’est encore une fois une question de pratique, enseignant à des niveaux inférieurs, je crains en appliquant ce principe de voir les mains reculer dans le ventre des cavaliers …

La tenue des rênes est une bonne approche pour moi, je vais donc penser à fermer ce petit doigt que je passe déjà dessous de toute façon …

Par contre … ces rênes tendues et l’appuis qu’elles semblent donner au cheval et à la main du cavalier me semble en contradiction avec les principes de l’équitation de Tradition Française, dont l’intervenant nous a rabattu les oreilles !

A noter :

  • Que les cavaliers avaient tous détendu avant à l’extérieur … sans qu’on ne sache comment, ni si certains avaient utiliser un autre matériel.
  • Que certains avaient des guêtres postérieurs … oups …
  • Que certains n’avaient pas de protèges boulets … quand même !
  • Qu’aucune clinique physique des chevaux n’a été faite … pourtant il y avait des différences et de mon point de vu quelques soucis …
  • Que les plus jeunes ont monter une certaine indiscipline dans le respect et l’écoute des consignes tout comme dans l’alignement à l’arrêt …
  • Que les barres n’ont pas dépassé le mètre …
  • Le peu de public … pourtant 10 euros la journée pour les enseignants, un mardi jour de repos souvent … Même pas les élèves locaux ?

A retenir de mon point de vue :

  • L’importance de la position.
  • L’importance du dressage POUR sauter.
  • Le respect de la discipline, pour le cavalier comme le cheval.

Je tiens à remercier qui de droit pour l’organisation, le repas de midi bien bon surement le même traiteur que l’an passé et chaud, ce qui était bien venu !

Je tiens à remercier Mr Morris pour son intervention, ses explications et sa bonne humeur à la cour de la journée.

Je remercie aussi le traducteur de l’ENE qui a passé la journée à nous transmettre les propos de Mr Morris avec une grande exactitude.

Off en soirée

Soirée sympathique avec l’équipe du Cheval Bavard menée par Galienne Tonka, des amis depuis août dernier.

Un repas délicieux mitonné par Pascale !

Au programme, la passion, le partage, l’humour, … une soirée comme je les aime dans les journées Saumuroises !

Commenter cet article

Caroline 14/11/2016 21:38

J'ai qq questions Sophie :
Qu'appelles-tu barre fantome ? une barre absente sur la ligne ?
Quelle est l'utilité de la deuxième pince ? Dire que je rale sur mes élèves qd ils ne mettent pas leurs petits doigts sur les rênes....
et à ce sujet : "J’ai quelques soucis avec ce buste « en avant » de la verticale, mais c’est encore une fois une question de pratique, enseignant à des niveaux inférieurs, je crains en appliquant ce principe de voir les mains reculer dans le ventre des cavaliers …" moi je suis plutôt pour mais en pensant à raccourcir les rênes pour garder les mains devant soi ;)

Arazzi 17/11/2016 20:14

Barra fantôme, tu la comptes dans tes pas, mais elle n'est pas réelle au sol.
La deuxième pince en soutien de la 1ère, c'est une expression de Mr Morris, effectivement, personnellement je monte comme ça.
Compte tenu que j'enseigne dans la majorité des cas en rênes semi-longues ... les mains recules, les rênes je les fais raccourcir quand le cavalier est conscient du mouvement de nuque du cheval et ne va pas contre la bouche ... , à ce moment là les questions d'équilibre et donc de place du buste, ne sont plus un soucis....