Saumur : jeudi 13 octobre partie 10 : La communication du cheval vers le cavalier - Les signaux d'inconfort ou de douleur du cheval monté, par Frédérique Mercier et Bernard Maurel

Publié le par Arazzi

La communication du cheval vers le cavalier – Les signaux d’inconfort ou de douleur du cheval monté, par Frédérique Mercier et Bernard Maurel.

mes notes :

Frédérique Mercier :

Communication entre le cheval et le cavalier.

B Weber sur le « se comprendre »

Comment se passe la communication ?

(S ? deux individus seulement ? plus de trio avec l’enseignants ?).

Les positionnements : les messages verbaux, para-verbaux, corporels.

« Ne pas répondre, c’est déjà répondre. »

Schémas de communication : le cheval n’est pas volontaire à l’origine.

Communication TRIO (S : OUF !)

Conclusion :

Observer / écouter /comprendre.

A voir l’apport des neuroscience (10 % de conscience et 90 % d’inconscience).

Bernard Maurel :

Les observables sur les chevaux : « les chevaux montés ».

Le travail ne peut se faire dans le monde des bisounours !

Cite quelques exemples historiques de violence dans le dressage …

Les juges relèvent les erreurs … humour photo.

Et ils diminuent une notre de 10.

Description des Inconforts à juger : A partir de la photo … développement léger des divers … observation et liens : muserolles, sangles larges, …

On peut rester …

Photos à partir de là : confort.

« Etonnant les guêtres postérieures en CSO ».

Photos choisies de chevaux sans signaux d’inconfort.

Défendre l’équitation de Tradition Française.

Le cheval travail pour les très bons cavaliers.

Saumur : jeudi 13 octobre partie 10 : La communication du cheval vers le cavalier - Les signaux d'inconfort ou de douleur du cheval monté, par Frédérique Mercier et Bernard Maurel

Mon avis :

Deux exposés complémentaires où la transmission est enfin au centre de l’exposé.

D’un côté un système de communication à trois, dont j’aurais bien aimé voir un peu plus d’approfondissement des méthodes à mettre en œuvre pour un « bien communiquer ».

De l’autre, le côté observable cheval, les choses à regarder et celles à éviter …

Un peu rapide sur les passages photos mais qui étaient nettes entre confort et inconfort, mais sans histoire, encore une fois les photographies ont leurs limites et il n’y a aucun nom bien sur … il faut rester politiquement correct.

Les deux intervenants sont des parleurs publics, ils sont faciles à suivre et explicites. C’est plaisant à voir (power point) et à écouter.

Même si j’aurais aimé qu’une plus longue et plus précise intervention remplace d’autres que j’ai trouvé nettement moins intéressantes et dont j’aurais aimé voir une fin arriver plus vite, ce ne fut pas le cas ici, j’aurais justement aimé plus de détail !

Saumur : jeudi 13 octobre partie 10 : La communication du cheval vers le cavalier - Les signaux d'inconfort ou de douleur du cheval monté, par Frédérique Mercier et Bernard Maurel

Questions dans le public :

questions / observations :

** Dernière image cheval qui donne du beau mais chanfrein non vertical (légèrement ouvert).

** Dans les signes en dressage, inconfort grincement et fouaillement pourquoi la FEI a banalisé ? Force du lobbying de certains éleveurs … le système est passé à l’as même avec les connaissances historiques, c’est effectivement un signe de contradiction du cheval. Pour la queue, il faut relativiser (suite de mouvement du dos), mais effectivement il faut regarder le port de queue.

** La transmission de la notion de la douleur, il y a une formation à faire sur la conscience du cavalier des observables sensitifs dès le début de la formation ; les observables a avoir dès le début de l’apprentissage, il faut communiquer dès le début au cavalier.  Demander de sentir, l’état émotionnel, il faut transmettre l’humanisme ETF et se pencher sur les fondamentaux de confiance chez le cavalier comme chez le cheval.

** : La queue : énervement de la queue souvent lien avec jambe et éperons. Grincement : croissance des qui montent en tension de dos inversé, les grincements sont des signes d’inconfort. Avec les tapotements en rythme, on arrive à effacer les causes émotionnelles, rythme de l’allure peut remettre un effacement de bagage émotionnel.

(S ? à contrôler recherche sur ce principe).

mon avis :

Les discussions vont bon train dans la salle, il aurait été intéressant de laisser plus de temps pour ces échanges. Mais encore une fois le public est plus spectateur qu’acteur, les temps de paroles sont très courts.

Commenter cet article