Saumur jeudi 13 octobre, partie 8 : le bien être animal dans l'instruction, le sport et le loisir, par Christine Briant et Jean-Luc Auclair

Publié le par Arazzi

Saumur jeudi 13 octobre, partie 8 : le bien être animal dans l'instruction, le sport et le loisir, par Christine Briant et Jean-Luc Auclair

Après-midi … phase 1 : La relation cavalier-cheval.

Ventre vide ou ventre plein, nous voilà reparti pour l’après-midi dans le théâtre, au programme : relation cavalier cheval ! ça promet …

La place du bien-être animal dans l’instruction, le sport et le loisir, par Christine Briant et Jean-Luc Auclair.

mes notes :

Christine Briant :

On nous diffuse le film « ENE » en noir est blanc, que je vais tenter de retrouver pour le blog …

Le cheval est émotionnel :

  • Comportement.
  • Physiologie.

Bien-être :

  • Alimentation adaptée.
  • Hébergement.
  • Santé.
  • Comportement approprié : relation sociales et relation à l’homme.

Dans tous les cas, il faut limiter les stress.

Cela correspond à la bientraitance.

Optimiser la ration pour qu’elle soit dans le temps = le cheval doit manger sur 15h/jours = besoin de mastication.

Attention hébergement au moins 2h par jours dehors. (S ? heu c’est l’état naturel ça ??)

Le bien-être c’est le mieux en fonction des moyens, lieux, …etc.

Mise en groupe = à partir d’un groupe de 2 chevaux.

(S ? Tout est « très bien » ? Moralement correct pour l’humain qui a des chevaux en écurie avec peu de place … c’est un peu le « on c’est que ce n’est pas assez mais on fait du mieux qu’on peut alors bonne conscience.)

Détecter les causes de défences et les modifier pour augmenter le bien-être.

Adaptation des chevaux en fonction de l’utilisation.

Cheval d’enseignement : calme, réactivité basse, ... Pour être utiliser par tous.

(S ? mains basses = moins mal au dos …. Heu non !).

Cf. voir les publications des mesures de pressions (rênes, dos, appuis, …).

 

Conclusion : On fait ce qu’on peut au mieux, il faut observer le cheval et savoir interpréter les signes.

 

Jean-Luc Auclair :

Parler de bien-être = enfoncer les portes ouvertes des connaissances de terrains.

Présentation rapide (polo, veinerie, BEES2, gérant dans le club où il a débuté à 9 ans, …).

Club de 600 à 800 adhérents, 100 équidés en boxes, environs 20 paddock, région parisienne, de 4 à 70 ans, multi-disciplines, loisir et compètes, HB, polo, paddock polo, …

  • Enseignant : par Amour du cheval donc attentif mais aussi le cheval est un outil de travail. Importance du bon état de l’outil pour gagner de l’argent.
  • La somme de travail : environs 3 heures par jour en moyenne réparti dans toute la semaine, mieux vaut 3 fois par jours que jamais puis une fois torturé.
  • La règlementation fixe les règles.
  • Les chevaux peuvent rester 15 ans dans le même centre.
  • Les chevaux travaillent en reprise, donc en groupe.

Objectifs : sécurité et loisir pour les cavaliers.

Surveillance des comportements dangereux pour limiter les risques et résoudre les problèmes avant les accidents dans nos établissements.

(S ? « Nos » établissement … tient je croyais qu’il parlait que de lui …)

  • Mise des chevaux 1 mois aux vacances au près en août, car il n’y a personne.
  • Entre chaque leçon 15 min de pause : boire, desseller/seller, etc …
  • Rappel aux enseignants du respect du cheval, travail dans le confort = donc très pratique pour l’enseignement.
  • Les règles de conduite : ne pas rentrer un cheval en sueur, … les règles de conduite des hommes de cheval.
  • Alternance des activités pour varier le moral des chevaux.

Le respect de ces règles est un atout commercial car les gens viennent pour le contact avec le cheval.

Il faut surveiller sa cavalerie pour assurer la sécurité.

 

mon avis :

Une jeune femme politiquement correcte qui suit une ligne directive qui cautionne un certains stéréotypes de chevaux de manège, loin de la majorité des cas en club régionaux …

Politiquement correct pour une bonne conscience … Ce n’est pas l’idéal, mais c’est le mieux qu’on peut faire alors c’est bien.

Un ponte de la FFE qui prône son système et dénigre par là tous les autres, un masque de joli sur des chevaux où bien-être n’a pas vraiment une définition, des chevaux de « rames » …

Loin loin loin … de la problématique moderne ! On sent une tentative de se justifier qui vient après les critiques nombreuses de la perte de bien-être des chevaux et poneys dans les clubs. Loin des études où le cheval doit être au plus proche de son état naturel (dehors, en groupe, …),

 

Questions dans le public :

questions :

Une personne ... qui sur un ton très en colère dit clairement que les deux exposés sont du soi-disant bien-être du cheval mais n’y sont pas du tout !

Mon avis :

Un agacement que beaucoup partagé dans la salle après ces deux exposés !

Commenter cet article

Caroline 14/11/2016 22:13

Effectivement rien qu'en lisant cette page, je suis aussi agacée >:(