Festival d'Arts Equestres Libres 2017 ... Art 12 : soirée ...

Publié le par Arazzi

Crédit Raynald Aubert Photographe

Crédit Raynald Aubert Photographe

18h… pause

Non sans passer par ma ponette, exemplaire dans son environnement sécurisé pour elle … Nous rejoignons le camping plongeons en piscine et douche avant le retour vers les Ecuries du Cheval Bavard, où la journée se prolonge par un repas et un spectacle.

Déjà en retard sur le programme à notre départ, nous arrivons juste à la fin de la journée, …

19h15 …. Jusqu’à minuit … ou même plus !

C’est reparti, mise en place pour le repas, distribution de l’apéros, passage des plats, tout en glanant quelques discussions avec ceux que je n’ai pas vu ou entendu durant la journée.

Difficile de raconter, l’ambiance … cette osmose entre les gens, de la petite Nour 2 ans aux Anciens … des Illustres connus aux inconnus, … pas de cloisonnement, pas de passe-droits, tous sous les tonnelles, sur les bancs, les chaises peintes … Un repas sans viande, bon léger, délicieux, … Un service au relais entre les « filles en noires » de l’équipe, où finalement la gestion des chevaux du site, du service, la mise en place du manège pour le spectacle d’après sera sans soucis … même avec plus d’1h30 de retard !

Retard dont les Tisseurs de Brûme ne prendrons pas assez connaissance, faisant des allez retour sur la route, ne mangeant pas je le crain … Dommage, pour eux (de ne pas avoir plus participer au repas) … pour leurs chevaux qui avaient déjà fait des prestations dans la journée …

Nous n’étions pas au programme avec notre ponette, donc pas de pression pour elle, nous ne sommes pas du spectacle … à chacun son rôle.

Il était peut-être 22h30 quand nous avons rejoint le manège, les bougies des tables nous ayant aidé à finir le repas par des délicieuses tartes aux fruits !

Le spectacle commence, nous avons fait le filage … waou ça je n’avais jamais fait … entendez par là une répétition à pieds, sons et lumières, texte et ordres de passage, le jeudi. Naturellement tout le monde n’était pas là des personnes se sont rajoutés, d’autres retirées …

C’est parti …

Ce moment-là je le garde pour moi, je sais pas rendre l’Art … je ne sais pas alors je garde pour moi. Si je devais garder deux moments ce serait la peinture Liska … danseuse dont les mains se prolonge par des jetés de peinture qui laissent paraitre sur la toile noire des chevaux … Coup de cœur pour l’artiste à Saumur en 2014 lors des Musicales … Coup de cœur pour la Femme lors de ce Festival.

Le second serait le pas de deux de Johanna et Olivier … magie … surtout quand on sait que nulle répétition n’avait eu lieu !

Les pieds nus dans le sable … le regard ouvert, l’oreille à l’écoute de la Harpe de Sara Foxa, des sons des chevaux dans ce petits manège de pierre et de bois, le souffle du public, les soupirs … les cris de cet enfant en fauteuil, au rythme des chevaux vivant leurs mouvements, vibrant d’émotions, la douceur de Campino qui vient le saluer à la fin.

La cacophonie de la fin, tous … les départ pour dormir, ceux qui restent pour discuter, l’idée un peu folle de photo devant la toile de Liska … la gentille de Raynald Aubert, qui porte son atelier mobil au centre du manège et nous prend seul ou en groupe … moments magiques … Merci.

Dodo …

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article